27/05/2007

"Je ne vous laisserai pas seuls"

« Je ne vous laisserai pas seuls »

Pentecôte, c’est quoi ?

 

« Je ne vous laisserai pas orphelins, je viendrai à vous » (Jean 14 :18)

 

La venue du Saint-Esprit

 

Lors de son dernier repas avec ses amis, le Christ a fait cette promesse étonnante : « Je ne vous laisserai pas orphelins ; je reviendrai vers vous ». Jésus savait en effet qu’il allait bientôt les quitter ; il était conscient que son heure était arrivée. Ses amis par contre n’étaient pas capables d’entendre ce qu’il leur disait. Il les avait pourtant déjà avertis plusieurs fois de sa mort prochaine.

 

C’est après les événements tragiques de la croix qu’ils ont commencé à réaliser la portée de ses paroles. A ce moment-là, ils se sont retrouvés seuls, désemparés, sans espoir, sans personne à qui confier leur peine. Ils avaient tout misé sur lui ; avec sa mort, ils avaient tout perdu.

 

Quelle joie donc, quel soulagement aussi, quand ils l’ont revu vivant quelques jours plus tard ! Ils ne pouvaient en croire leurs yeux. Cependant, leur bonheur a été de courte durée ; un peu plus d’un mois plus tard, Jésus est reparti au ciel, les laissant à nouveau seuls… avec sa promesse.

 

Qu’avait-il donc voulu dire par : « Je ne vous laisserai pas orphelins… » ?

 

La première Pentecôte chrétienne

 

Nous sommes aux environs de l’an 30 de notre ère. Le jour de la fête juive de Pentecôte est arrivé. Comme chaque année, des milliers de juifs pieux se rassemblent à Jérusalem pour se souvenir de ce que Dieu a fait en faveur de leurs ancêtres. Non seulement, il les avait fait sortir de l’Egypte où ils étaient esclaves mais 50 jours après, selon la tradition, il leur avait donné ses instructions, sa loi, ses promesses… en même temps qu’il avait traité une alliance avec eux. Désormais, ils étaient son peuple. Pentecôte est une fête importante dans le judaïsme, encore aujourd’hui.

 

Les amis de Jésus sont eux aussi réunis pour la fête. Tout à coup, un bruit vient du ciel. C’est comme le souffle d’un violent coup de vent. Le bruit remplit toute la maison où ils sont assis. Alors ils voient apparaître des langues, comme des langues de feu. Elles se séparent et se posent sur chacun d’eux…

Surprenant.

 

Etonnant : voilà que les amis de Jésus se mettent à parler bizarrement en d’autres langues, eux qui n’ont jamais franchi les frontières de leur pays.

Miracle ! Ceux qui sont là, venus de l’étranger pour la fête, comprennent ce qu’ils disent !

Chacun est surpris : certains se moquent en pensant que les disciples de Jésus ont trop bu ; d’autres sont interpellés. Ils posent des questions.

 

Un discours religieusement incorrect

 

Pierre, l’un des amis de Jésus, se lève alors et explique : « Ces gens ne sont pas ivres, comme vous le pensez. Mais ce qui arrive est ce que le prophète Joël avait annoncé de la part de Dieu : dans les derniers jours, je donnerai mon Esprit à tous. Vos fils et vos filles parleront de ma part. Je ferai voir des choses nouvelles… Oui, en ces jours-là, je donnerai mon Esprit à mes serviteurs et à mes servantes, et ils parleront de ma part, je ferai des choses extraordinaires… »

Sur sa lancée, Pierre poursuit en leur parlant plus précisément de Jésus.

« Dieu vous a montré qui était Jésus de Nazareth. En effet, au milieu de vous, Dieu a fait par Jésus des miracles, des choses extraordinaires et étonnantes, vous le savez bien. Cet homme, on vous l’a livré. Dieu savait cela d’avance, et l’avait décidé. Vous avez supprimé Jésus en le faisant clouer sur une croix par des gens qui ne connaissaient pas Dieu. Mais Dieu l’a relevé en le délivrant des douleurs de la mort. En effet, la mort n’avait pas le pouvoir de le garder…

Ce Jésus, Dieu l’a relevé de la mort, nous en sommes tous témoins. Dieu l’a fait monter jusqu’à sa droite, il a reçu du Père l’Esprit Saint promis et il nous l’a donné. Voilà ce que vous voyez et entendez maintenant ».

Et Pierre conclut : « Ce Jésus que vous avez cloué sur une croix, Dieu l’a fait Seigneur et Christ. »

 

Un nouveau départ

 

Beaucoup de gens sont émus ; ils demandent : « Que devons-nous faire ? »

Pierre répond : « Changez votre vie ! Chacun de vous doit se faire baptiser au nom de Jésus-Christ. Ainsi, Dieu pardonnera vos péchés et il vous donnera l’Esprit Saint. En effet, la promesse de Dieu est pour tous… »

Pierre parle encore longtemps pour les persuader et les encourager. Il leur dit : « Les gens d’aujourd’hui sont mauvais. Quittez-les, et Dieu vous sauvera. »

Ceux qui acceptent la parole de Pierre se font baptiser. Ce jour-là, à peu près 3.000 personnes s’ajoutent au groupe des croyants.

 

Une fête qui continue

 

Cette première Pentecôte chrétienne signe « l’acte de naissance officiel » de l’Eglise de Jésus-Christ. Elle survient 10 jours après l’Ascension, jour où Jésus est remonté au ciel, et 50 jours* après le dimanche de Pâques où il est sorti vivant du tombeau, vainqueur à tout jamais de la mort.

Depuis ce moment, les amis de Jésus savent qu’ils ne seront plus jamais seuls.

En effet, même si des miracles identiques ne se reproduisent pas nécessairement à chaque fois que quelqu’un met sa foi en lui, Jésus continue d’envoyer son Esprit à tous ceux qui le lui demandent. Désormais, Jésus ne vit plus simplement avec eux mais il vit aussi en eux. Même s’ils devaient être abandonnés de tous, ils ne seront plus jamais seuls. Son Esprit les habite.

Cependant, la promesse de Jésus n’est pas épuisée car il a aussi promis qu’il reviendrait de la même manière qu’il s’en est allé. Quand il reviendra, il prendra avec lui tous ceux qui l’aiment, y compris ceux qui ne l’ont jamais vu. Ils seront pour toujours avec lui.

 

Voulez-vous être vous aussi un ami de Jésus ?

C’est non seulement votre destin qui sera assuré mais aussi votre vie présente, transformée par la richesse de sa présence.

 

(*) Pentecôte est la transcription du mot grec « pentêkostê (hêmera) » qui signifie « cinquantième ».

 

Pour une meilleure compréhension de cet article, lisez dans la Bible :

Evangile selon Jean, chapitre 14

Actes des Apôtres, chapitre 2

 

Transmis par Georges Mary

 

« Et voici, je suis avec vous tous les jours, jusqu’à la fin du monde ». (Matthieu 28 : 20)

 

 

 

 

13:52 Écrit par Oswald Valenti dans Général | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

Commentaires

Merci Georges pour ton message.

Je ne t'oublie pas ainsi que ta famille.

Que notre Seigneur vous fasse beaucoup de bien.

Écrit par : MELCHIOR | 27/05/2007

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.