04/12/2007

De la mort à la vie

De la mort à la vie La route serpente presque sans fin et descend toujours plus bas dans le désert. A un certain endroit, on trouve un panneau sur lequel figure cette indication : " Vous-vous trouvez ici au point le plus bas de la surface de la terre, à près de 400 m en dessous du niveau de la mer ! "  C’est au fond de cette dépression que le Jourdain déverse ses eaux dans un vase clos : la mer Morte – son eau ne peut que s’évaporer et sa concentration de sel atteint un taux record.Le point le plus bas de la terre : la dépression de la mer Morte.Il n’en a pas toujours été ainsi. On trouve dans la Bible le rapport d’un témoin oculaire qui a vu, il y a près de 4.000 ans, un paysage très différent : " Lot leva les yeux, et vit toute la plaine du Jourdain, qui était entièrement arrosée. Avant que l’Eternel ait détruit Sodome et Gomorrhe, c’était jusqu’à Tsoar, comme un jardin de l’Eternel, comme le pays d’Egypte " (Genèse 13 : 10).De nos jours, toute cette région n’est qu’un énorme désert de sel.

Est-ce par hasard ? Le Psaume 107 : 33-34 nous donne à ce sujet une information très intéressante : " Dieu change les fleuves en désert, et les sources d’eaux en terre desséchée, le pays fertile en pays salé, à cause de la méchanceté de ses habitants. "

Le nom de Lot est indissociablement lié à la destruction de Sodome et Gomorrhe. Dans ces villes, on bafouait la sainteté de Dieu à un degré presque insupportable : on y pratiquait de manière cynique et éhontée la sodomie, le culte des idoles et les sacrifices d’enfants.C’est pourquoi un sort exemplaire a été réservé aux adeptes, défenseurs et autres sympathisants de ces pratiques révoltantes et de " styles de vie et d’amour alternatifs ". Leur sort sert d’avertissement à notre monde. Un avertissement bien localisé et visible – au point le plus bas de la surface de la terre ! " Car le salaire du péché, c’est la mort ; mais le don gratuit de Dieu, c’est la vie éternelle en Jésus-Christ notre Seigneur " (Romains 6 : 23).A bien des endroits, l’eau saturée de sel et de produits chimiques de la mer Morte a formé un genre de sculptures bizarres : les célèbres statues de sel. 2.000 ans après la destruction dévastatrice de Sodome et Gomorrhe, Jésus a rappelé au souvenir de ses contemporains cet endroit chargé d’histoire et de jugement : " Souvenez-vous de la femme de Lot " (Luc 17 : 32). Dans sa fuite à caractère apocalyptique hors de Sodome, la femme de Lot a méprisé les ordres clairs donnés par Dieu pour sa délivrance et s’est retournée, parce que son cœur était fasciné par cette ville. Extérieurement, tout semblait en ordre : elle aussi s’était préparée à cette fuite. Mais " là où est ton trésor, là aussi sera ton cœur " (Matthieu 6 : 21). Quelle tragédie ! Mais aussi un avertissement solennel à l’intention de tous les chrétiens de nom et suiveurs pieux de notre époque !Jésus a établi une relation entre le déluge et la destruction de Sodome et Gomorrhe, et a prophétisé : " Ce qui arriva du temps de Noé arrivera de même aux jours du Fils de l’homme. Les hommes mangeaient, buvaient, se mariaient et mariaient leurs enfants, jusqu’au jour où Noé entra dans l’arche ; le déluge vint, et les fit tous périr. Ce qui arriva du temps de Noé arrivera pareillement. Les hommes mangeaient, buvaient, achetaient, vendaient, plantaient, bâtissaient ; mais le jour où Lot sortit de Sodome, une pluie de feu et de soufre tomba du ciel, et les fit tous périr. Il en sera de même le jour où le Fils de l’homme paraîtra " (Luc 17 : 26-30). Un grand danger nous guette : celui d’être surpris et submergés par les événements ! Celui de devenir sourds à la voix de Dieu et d’ignorer totalement les faisceaux lumineux qui clignotent et les sirènes d’alarme qui retentissent – toujours plus intensément – pour nous avertir des " signes du temps " ! Aucun doute : Jésus revient bientôt. Etes-vous prêts ?Le salaire du péché, c’est : la mort, la séparation définitive d’avec Dieu, la perdition pour l’éternité ! C’est pourquoi : réveillez-vous avant qu’il ne soit trop tard ! Ne défiez pas Dieu et ne rejetez pas à la légère celui qui est mort pour vous : Jésus-Christ. Il a dit : " En vérité, en vérité, je vous le dis, celui qui écoute ma parole, et qui croit à celui qui m’a envoyé, a la vie éternelle et ne vient point en jugement, mais il est passé de la mort à la vie " (Jean 5 : 24).Dieu ne désire voir personne en enfer. Il attend toujours, plein d’amour et de patience, et nous tend la main, comme à des prisonniers impuissants. Oswald Valenti

19:52 Écrit par Oswald Valenti dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.