11/01/2008

Nouvelle année, nouvelle chance !

Nouvelle année, nouvelle chance !

OptimismeNe reste – t’il pas envers et contre tout, au fond de chacun de nous, une certaine dose d’optimisme ?Ne compare – t – on pas, à juste titre, chaque nouvelle année à un cahier d’écolier neuf, que l’on veut cette fois – ci sans tache ni rature ?En quelque sorte, une occasion de tout remettre à zéro et de repartir sur de nouvelles bases ?Car il faut pas mal d’optimisme pour espérer chaque année que la déception ne suivra pas une fois de plus les bonnes résolutions !Par ailleurs, des craintes légitimes et des perspectives souvent bien sombres nous conduisent parfois au découragement.Pourtant jusqu’ici, des issues se sont présentées, nous sommes toujours là et la vie continue. Vie ou survie ?Avouons – le, il s’agit le plus souvent de survie que de vie.En marge de toutes les régions du monde où cette survie, quand elle existe, est physiquement littérale, les menaces ne manquent pas dans nos pays et nations privilégiés : généralisation des cancers, cataclysmes naturels, pollution, crises économiques ou familiales, chômage, divorce, solitude morale, immoralité croissante… la liste est longue !Que sera demain ? L’optimisme est-il encore de mise ? PourtantEh bien, oui. En dépit de tout ce qui peut légitimement décevoir ou effrayer, même la simple survie est une raison d’espérer, car elle peut déboucher sur la vie véritable.Chaque année nouvelle, chaque journée nouvelle, chaque heure qui nous est donnée est une nouvelle chance, une nouvelle occasion offerte… et qui peut tout changer si nous la saisissons. Comment cela ?Le changement ne viendra pas de nous.Nous le savons si nous avons fut – ce un brin de lucidité.Le passé a suffisamment fait la preuve de notre propre incapacité ! Mais une vie nouvelle nous est offerte et il dépend de nous seuls que nous l’accueillions.Jésus, parlant à ses disciples, c’est – à – dire à ceux qui avaient choisi de le suivre et de se mettre à son école, a fait cette promesse merveilleuse : « Je vis et vous vivrez aussi ». (Jean 14 : 19)Il ne promettait par là ni le fait d’exister, ils existaient, ni la prolongation de ladite existence, ils étaient encore assez jeunes pour l’espérer sans lui… ce qu’il promettait, c’était sa propre vie, la vie véritable, celle qui l’animait, lui et qui débouche sur l’éternité. Ne disait – il pas à la sœur de son ami Lazare : « Celui qui croit en moi vivra, quand même il serait mort ». (Jean 11 : 25) Oui, mais quelle sorte de vie ?Il ne promettait ni la réussite sociale, ni une santé à toute épreuve, ni l’absence de difficultés, mais la possibilité de les vivre dans l’espérance. Les difficultés, il en a eu largement sa part, lui qui a été incompris des siens, abandonné par ses amis, renié, trahi et, finalement, cloué sur une croix.Mais sa propre mort allait déboucher sur la résurrection.Cela change tout, pour nous aussi. Car c’est cette vie – là et ses implications dès ici – bas qu’il promettait lorsqu’il disait : « Vous vivrez aussi ».Vivre de sa vie impérissable, mais aussi de la vie qu’il a vécue parmi nous. Vivre sans péché, se donner aux autres sans compter par amour, devenir des modèles, n’est – ce pas ce que nous aimerions, tout au fond de nous ? Un rêve depuis longtemps oublié, peut – être (il faut être réaliste !), mais qui est encore en nous comme l’image de l’innocence perdue.Mais la vie du Christ, c’est cette possibilité à chaque instant redonnée. C’est le pardon du passé, la transformation du présent, la capacité de vivre l’idéal perdu. Et la promesse de la vie impérissable dans la gloire même du Créateur. Dès lors…Dès lors, si nous ne savons encore rien de cette vie – là, l’année nouvelle, l’heure présente où ces lignes sont sous vos yeux, sont une merveilleuse chance, celle de la recevoir de Dieu. Car il suffit de constater et d’admettre ses échecs répétés, de désirer la vie véritable, celle dont le Christ est la source, de croire qu’il l’a promise et qu’il la donne… et de s’en saisir avec reconnaissance ! Transmis par Richard Doulière   

19:18 Écrit par Oswald Valenti dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.