13/03/2010

AVANT LE DERNIER DELUGE

Avant le dernier déluge

Nous savons qu'il n'y aura plus de déluge qui fera périr le monde par l'eau (Genèse 8 : 21-22 ; 9 : 11,15). Mais cela ne signifie pas pour autant qu'il n'y aura plus de jugement à l'échelle mondiale. Il surviendra un autre déluge, une terrible apocalypse.

Dans le Nouveau testament il y a sept allusions au temps de Noé : Matthieu 24 : 37-39 ; Luc 3 : 36 et 17 : 26-27 ; Hébreux 11 : 7 ; 1 Pierre 3 : 20 ; 2 Pierre 2 : 5 et 3 : 5-7.

Ceci vaut la peine d'être noté

1. Le monde n'a pas péri au temps de Noé à cause de la pollution ou de l'environnement ou d'un réchauffement du climat, mais en raison de la méchanceté d'une humanité qui s'était détachée de Dieu. Les derniers temps se caractériseront aussi par le fait que nombreux seront ceux qui apostasieront de la foi biblique.

2. Chose remarquable : les déclarations relatives au temps de la fin sont présentées en relation directe avec l'époque de Noé (déluge) et celle de Lot (Sodome et Gomorrhe) ( Luc 17 : 26-29 ; 2 Pierre 2 : 4-9 ; Jude 6-7). Nous ne devrions pas perdre de vue cette relation.

3. Les deux événements (déluge et jugement par le feu) ont été expressément mentionnés comme avertissements pour le temps futur. Pierre (2 Pierre 2 : 6) ainsi que Jude (Jude 6-7) insistent sur ce point. Cela signifie qu'en ce temps de la fin, nous nous trouvons devant une situation ressemblant tout à fait à celle de jadis. Le temps de la fin est dominé par une puissance spirituelle comme aux jours de Noé et de Lot. "Ce qui arriva du temps de Noé arrivera de même à l'avènement du Fils de l'homme" (Matthieu 24 : 37).

4. Je pense que tant Noé que Lot ne pointaient pas du doigt leurs générations et qu'ils n'éprouvaient pas de la satisfaction ou aucun désir de revanche, mais qu'ils communiquaient avec détermination le message de Dieu à leurs contemporains en insistant sur l'imminence du jugement : Noé, ce nom signifie "prédicateur de la justice" et non pas prédicateur de vengeance (2 Pierre 2 : 5). Lot fut "pronfondément attristé de la conduite de ces hommes sans frein dans leur dérèglement". Il tourmentait son âme, alors que celle-ci était droite. Il suppliait les gens de sa génération de revenir de leurs mauvaises voies ( 2 Pierre 2 : 7-8 ; Genèse 19 : 14). L' Eglise du Seigneur ne trouve pas plaisir dans l'impiété, mais elle ne réagit pas avec dureté, sécheresse de coeur ou menaces émanant d'un froid esprit de jugement. L' Eglise souffre, elle est tourmentée, elle verse des larmes. Ce qui se passe lui fait de la peine, et elle supplie et combat pour le salut, comme Lot l'avait fait jadis (Genèse 19 : 7,14).

5. Que le monde d'avant Noé ait été appelé "l'ancien monde", également "la terre de jadis" (2 Pierre 3 : 5-7), cela signifie que nous vivons aujourd'hui sur une deuxième terre et sous un deuxième ciel. Notre terre a actuellement une condition autre qu'avant le déluge.

Si nous considérons notre monde, nous y voyons : des grands personnages égarés, c'est à dire des célébrités dans la sphère de la finance, dans le monde des affaires, dans l'industrie des loisirs et dans la politique qui conduisent notre société à la déchéance. Et les chrétiens qui croient à la Bible semblent dès lors, aux yeux de beaucoup de ces "grands", constituer un danger considérable. Le temps de Noé était une époque extraordinairement dominée par des démons. C'était aussi un temps où l'on s'opposait avec véhémence à l'action de L'Esprit-Saint. On tolérait tout, on se montrait libéral et l'on était ouvert à tout sauf à ce qui provenait de l'Esprit de Dieu que l'on rejettait.

Un scénario semblable se répétera peu de temps avant l'Apocalypse. L'Esprit-Saint qui agit aujourd'hui encore en grâce sera, selon 2 Thessaloniciens 2 : 6-7, retiré avec L'Eglise du Seigneur avant les jugements pour faire place à ceux-ci. Cela indique que cette ère s'achèvera de la même manière que celle d'avant le déluge.

La génération de Noé a atteint un point où le mal, l'injustice et le péché dominaient la vie de tous les jours, c'était devenu une situation normale. Les valeurs avaient été inversées. Le mal était élevé au niveau de bien et d'utile, tandis que le bien, que l'Esprit-Saint voulait réaliser, était déclaré mal et rejeté comme tel. Nous constatons chaque jour combien notre temps est dominé démoniaquement (films, religions, New Age, esotérisme, évolution, nouveaux dieux...), combien on se dresse actuellement contre la Parole de Dieu et combien on s'oppose à l'action de l'Esprit-Saint et aussi combien on considère le mal comme absolument normal. Des choses qui, il y a quelques décennies encore, étaient considérées comme tabous ou rejetées comme perverses, marquent maintenant l'image de la vie quotidienne et sont devenues tout à fait normales dans la société où elles se sont intégrées, tellement normales que celui qui ose manifester sa désapprobation se voit condamné comme anormal. Au temps de Noé, il apparaissait clairement que le péché avait atteint des sommets (Genèse 6 : 5,12) et était mûr pour le jugement, sa mesure étant pleine (Genèse 15 : 16 ; 13 : 13 ; 18 : 20 ; Jude 7). C'est la chute quand le commandement de Dieu, non seulement est brisé (dans le sens de non respecté), mais piétiné (dans le sens de rejeté catégoriquement et déclaré non valable).

De nos jours, les prédications, citations et références bibliques sont rejetées comme autant d'absurdités et tournées en dérision. Et les lois sont maintenant déformées de telle sorte qu'il est de plus en plus facile de mettre en accusation un christianisme convaincu. Nous sommes aujourd'hui parvenus à un point tel que l'on a presque honte de simplement faire allusion au fait que Dieu jugera les débauchés et les adultères (Hébreux 13 : 4). Si nous en parlons aujourd'hui, nous nous couvrirons de ridicule. cela ne convient plus à notre société, c'est "démodé, ringard". Nous voyons à cela que notre époque ressemble à celle de Noé.

Environ 2.500 ans après le déluge apparut Jésus-Christ, le Rédempteur, l'arche du salut éternel, il est venu dans la chair et le sang et il a agi dans l'esprit de Noé (1 Pierre 3 : 18-20). Bien que l'amour de Dieu fût là dans la personne du Christ, la grâce, le pardon, la miséricorde et la parfaite justice, Jésus dut déjà annoncer le jugement du temps de la fin. Le Seigneur se servit comme exemple du temps de Noé et de celui de Lot pour illustrer le temps de la fin : "Ce qui arriva du temps de Noé arrivera de même aux jours du Fils de l'homme. Les hommes mangeaient, buvaient, se mariaient et mariaient leurs enfants, jusqu'au jour où Noé entra dans l'arche ; le déluge vint et les fit tous périr. Ce qui arriva du temps de Lot arrivera pareillement. Les hommes mangeaient, buvaient, achetaient, vendaient, plantaient, bâtissaient, mais le jour où Lot sortit de Sodome, une pluie de feu et de souffre tomba du ciel, et les fit tous périr. Il en sera de même le jour où le Fils de l'homme paraîtra" (Luc 17 : 26-30).

La vie de notre société ne tourne qu'autour des choses de ce monde, le climat, la nourriture, les vitamines, la santé, les bons tuyaux, les affaires, etc... On ne s'occupe que du terrestre, mais non du céleste. On s'occupe du temporel mais non de l'éternel. On s'occupe de l'humain mais non du divin. On s'occupe du mondain mais non du spirituel. "Fichez-nous la paix", telle était la devise de ce lointain passé et elle l'est de nouveau aujourd'hui. "Laissez-nous en paix avec l'Apocalypse", "Vous êtes des gens qui voient tout en noir", "Vous voulez empoisonner la vie", "Vous autres les fanatiques religieux", "Vous êtes les éléments négatifs, les empêcheurs de tourner en rond de notre sociéte". Je vous répond aussi alors : Pourquoi donc les tragédies et les suicides sont-ils en hausse constante ? Pourquoi les cliniques psychiatriques sont-elles remplies ? Et pourquoi y a-t-il une aussi forte demande de médicaments pour soigner des problèmes d'ordre psychique ? Pourquoi l'insatisfaction, l'angoisse et un sentiment d'insécurité s'étendent-ils comme un brouillard sur notre société, alors que tout devrait être si bien sans Jésus-Christ ?

Nous voyons qu'aux temps de Noé et de Lot, ce n'était pas la masse qui avait raison. La plupart des gens avaient alors tort, ce qui n'était pas le cas pour la minorité. A la fin Dieu aura encore et toujours raison, Sa Parole restera déterminante et non pas l'opinion de la majorité qui affirme : "Puisque tous font cela, c'est que c'est bien : la plupart des gens voient les choses ainsi et c'est ce que nous affirment les médias..."

Savez-vous ce que fut la dernière phrase du Seigneur Jésus dans l'Evangile selon Matthieu avant qu'il ne se mette à parler du temps de Noé ? Voici : "Le ciel et la terre passeront, mais mes paroles ne passeront point. Pour ce qui est du jour et de l'heure, personne ne le sait, ni les anges des cieux, ni le Fils, (ni le réalisateur du film qui l'annonce pour décembre 2012), mais le Père seul. Ce qui arriva du temps de Noé arrivera de même à l'avènement du Fils de l'homme" (Matthieu 24 : 35-37).

La parole de Dieu est sûre, inébranlable. Même si personne ne connaît le jour et l'heure, nous avons cependant un point de repère : notre époque ressemble au temps de Noé.

Nous sommes à la veille d'un nouveau déluge, non pas par l'eau, mais le déluge apocalyptique : les jugements des sceaux, des trompettes et des coupes de la colère divine. Le ciel et la terre seront alors de nouveau ébranlés, voir Apocalypse 16 : 20-21. Après ces jugements vraiment catastrophiques, il y aura un nouveau ciel et une nouvelle terre où la justice règnera (2 Pierre 3 : 13 ; Apocalypse 21).

Ne vous y trompez-pas : on ne se moque pas de Dieu. Ce qu'un homme aura semé il le moissonnera aussi. (Galates 6 : 7)

 

Oswald Valenti

 

00:25 Écrit par Oswald Valenti dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.