17/06/2011

LE MARIAGE : dépassé ?

L' homme quittera son père et sa mère, et s'attachera à sa femme, et ils seront une seule chair. (Genèse 2 : 24)

 

Que le mariage soit tenu en honneur à tous égards, et le lit conjugal sans souillure ; car les fornicateurs et les adultères, Dieu les jugera. (Hebreux 13 : 4)

 

Le mariage : dépassé ?

 

"Pourquoi se marier ? Il y a tant de divorces ! Les statistiques le montrent bien : un mariage sur deux aboutit à un divorce"...

Combien de fois avons-nous entendu cela ?

Voyons ce que nous dit la Bible à ce sujet.

 

Depuis le péché au jardin d'Eden, l'homme a corrompu ce que Dieu lui avait confié. En particulier, il n'a pas respecté l'institution du mariage. Beaucoup de souffrances dans les familles, de blessures profondes pour les enfants, sont les conséquences de ce péché.

 

Au sein de cette confusion, Jésus n'a pas modifié l'enseignement divin donné pour le bonheur de l'homme et de la femme.

Si l'homme est appelé à quitter son père et sa mère, c'est pour être uni à sa femme, pour être "une seule chair".

Celui qui aime sa propre femme s'aime lui-même, car personne n'a jamais haï sa propre chair, mais il la nourrit et la chérit".

C'est ainsi que les maris doivent aimer leurs femmes comme leurs propres corps. Celui qui aime sa femme s'aime lui même.

Car jamais personne n'a haï sa propre chair ; mais il la nourrit et en prend soin, comme Christ le fait pour l'Eglise." (Ephésiens 5 : 28-29)

Ce que Dieu a uni, que l'homme ne le sépare pas. (Matthieu 19 : 6)

 

Ces versets montrent l'importance de la fidélité et de la sainteté que demandent les liens du mariage pour vivre ce bonheur que Dieu réserve au couple et à la famille.

Mais beaucoup, par ignorance ou par désobéissance, sont délibérément sortis de ce cadre dans lequel la sexualité est source de bonheur et d'équilibre dans le couple.

 

Jésus, sur son chemin, a rencontré une victime de cette désobéissance.

Il a montré qu'il y avait pardon de la part de Dieu.

"Moi non plus, je ne te condamne pas", dit-il à la femme surprise en flagrant délit d'adultère ; mais il a ajouté : "Va, dorénavant ne péche plus" (Jean 8 : 11).

 

Oswald Valenti

 

 

19:25 Écrit par Oswald Valenti dans Amour | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.