17/02/2012

CRISE FINANCIERE MONDIALE ?

Que nous enseigne la crise financière mondiale ?


La secousse financière sensible dans le monde entier conduira la plupart des nations à se rapprocher davantage les unes des autres.


Une chose premièrement : Rien de ce qui est arrivé n'est arrivé par hasard.

Que vous en rendiez responsables les politiques et les électeurs, tout observateur doué de bon sens dira avec nous : Le monde récolte simplement ce qu'il a semé.


Un deuxième point tout aussi marquant de cette crise est qu'elle est intimement liée à cette dernière course effrénée vers une union économique et monétaire mondiale et qu'elle ne fait que l'accélérer.


On pourra en rendre responsables les "dominations et les autorités... sous le ciel" (Ephésiens 6 : 12), mais également les élites et leurs co-acteurs en chair et en os.

Pourquoi ?

La crise actuelle jouera encore une fois le rôle de catalyseur et fera que les nations se rapprocheront encore davantage les unes des autres.


Troisièmement, il faut que le monde arrive d'abord dans une ère de multipopularité.

Qu'est-ce que la multipopularité ?

Cela signifie que le pouvoir mondial sera également réparti sur de nombreux pays et qu'il n'y aura pas la domination d'un seul pays ou nation sur les autres.

Car l'instauration d'une telle structure de gouvernement sera impossible tant qu'une seule superpuissance sera à même d'ignorer un tel ordre mondial ou qu'elle aura la possibilité d'en saper les bases.

Lisez dans la Bible : Daniel 2 : 41-42 ; Daniel chapitre 7 ; Apocalypse chapitres 12, 13 et 17.

Les USA se trouvent -ils à présent dans un processus d'affaiblissement pour que puisse se préparer la voie vers un monde multipolaire ?

La prophétie biblique nous dit que cela se fera.

Un jour prochain et d'une manière ou d'une autre , les USA descendront au rang d'une puissance relativement faible.

Ce processus pourra prendre du temps.

Cependant, les circonstances sont telles que ce glissement du pouvoir sur la scène mondiale pourrait intervenir de façon subite.


Quant à l'avenir, la Bible nous livre des affirmations extrêmement claires et sans équivoque, mais elle ne donne jamais de dates précises.

Il est très probable que le monde connaîtra à la fin un effondrement financier et économique total.

Ce jour pourrait être proche, mais actuellement nous avons toutes les raisons de penser qu'un tel collapse financier mondial ne surviendra pas présentement.

Malgré les frayeurs et angoisses que suscite la crise financière mondiale, malgré la possibilité que les conditions continuent à se détériorer, le grand chamboulement apocalyptique reste à venir.

Cela ne veut pas dire que les choses vont se calmer bientôt (ce qu'aimeraient entendre la plupart des gens), mais la Bible nous donne malgré tout bien des raisons d'être contents, de garder la paix intérieure et l'espérance.


Il est très important de comprendre cette perspective et de tenir ferme.

Si, en ce qui concerne les "richesses véritables", vous n'êtes pas solidement enracinés dans cette perspective de l'éternité, vous vacillerez tel un roseau agité par le vent dans ces derniers jours qui seront marqués par la séduction et la détresse.


Vu sous l'angle de ce fol événement qu'est la crise financère mondiale, il est vrai que le malheur a fondu sur le monde - et ce sont les Etats-Unis qui sont les plus touchés.

Des milliards de dollars ont été perdus, la valeur des fonds d'actions s'est effondrée, les fonds de pensions n'arriveront plus à assurer les revenus des Américains, des millions de personnes ont perdu leur emploi et innombrables sont ceux qui ont perdu leurs propriétés immobilières.


Ce type d'événements largement relayé par les mass médias suscite facilement un mouvement d'hystérie et il nous est difficile d'y échapper.

Angoisses et soucis menacent d'oppresser notre âme.

C'est un signe des temps.

Personne n'aurait l'idée de nier les problèmes économiques qui ont envahi le monde.

Mais nous pourrions adopter une attitude appropriée en faisant nôtre ce que Jésus-Christ a voulu nous dire par cette question en Luc 12 : 25 "Qui de vous, par ses inquiétudes, peut ajouter une coudée à la durée de sa vie ?".


Nous devrions savoir une chose : dans les moments difficiles, la perspective spirituelle et éternelle (c'est à dire : le regard tourné vers des choses qui ont une valeur éternelle) peut rapidement aller à vau-l'eau.

Ainsi donc, l'excitation répandue à la ronde (notamment en Amérique du Nord) est en train d'assombrir de manière dangereuse le regard pour ce qui est essentiel.


Si un extra-terrestre venait à visiter notre planète et s'il se rendait compte de tous ces récents chamboulements sur les marchés financiers, il s'étonnerait certainement de cette civilisation tellement instable dans l'estimation de ses richesses.

En lisant le diagnostic établi par la Bible, nous sommes bien sûr mieux renseignés.

Ce monde - dans lequel nous, chrétiens, vivons sans en approuver les valeurs - se laisse facilement entraîner vers l'idolâtrie et place une vaine confiance dans l'homme.

C'est effectivement l'orgueil (la confiance démesurée de l'homme qui pense pouvoir chiffrer sa propre sécurité) qui a amené la planète au bord de la faillite.


Des événements de portée mondiale comme ceux qui se déroulent actuellement sous nos yeux doivent être compris comme une partie de cette marche de l'humanité vers un but - qui est à vrai dire multiple - qui est encore devant nous, comme la Bible nous le dit.

Mais ce n'est pas encore le début de la grande Apocalypse, bien qu'elle soit certainement proche.


Certains pays doivent affronter la réalité et savoir qu'ils sortiront très affaiblis de cette crise financière, alors que d'autres en sortiront confortés.

Nous pouvons déceler dès à présent une évolution décisive qui mènera le monde vers une structure au centralisme accru ou vers une plus vaste coordination mondiale.

Ce que nous vivons aujourd'hui n'est qu'une partie d'un processus de longue durée.


Or, quel rôle y est dévolu aux chrétiens ?

Beaucoup croient qu'ils ne participeront pas aux souffrances de la tribulation - plus précisément qu'ils ne seront pas touchés par les calamités financières.

Pourquoi ?

Parce que leurs coeurs et leurs pensées sont complètement pris dans le matérialisme et la cupidité.

Ils se démontrent donc comme étant "des habitants de la terre" (Apocalypse 17 : 2, 8).

Il est à ce propos bon de rappeler trois points : 

- Avant toutes choses : la venue de Jésus-Christ d'un moment à l'autre.

Notre course sur terre peut prendre fin à tout moment.

Nous n'aurions plus l'occasion de corriger quoi que ce soit ou de tourner le dos à l'idolâtrie ou de la mondanité.

Nous serions placés devant le trône du jugement.


- Il n'est pas donné aux hommes de cette dispensation ou ère du salut de connaître les moments précis des événements à venir.

Il ne nous est pas donné non plus de prédire l'avenir à court terme. Dieu merci !

Si les hommes en étaient capables (c'est à dire s'ils étaient de véritables devins), le monde n'en serait que plus chaotique qu'il ne l'est déjà.

Il n'y aurait que des ratages, pensons un instant seulement à l'attachement de l'homme à l'argent, et à la poursuite de la sécurité et de l'autonomie. Imaginez ceci : Si nous connaissions le moment exact des choses à venir, chacun, fort de ces informations, agirait au même moment et modifierait de ce fait l'avenir.

Nous connaîtrions alors un monde bien plus instable et aberrant.

La Bible nous dit que l'amour de l'argent est une force puissante : "Car l'amour de l'argent est une racine de tous les maux" (1 Timothée 6 : 10).

Il nous est donné de connaître le temps globalement ainsi que des choses comme le but vers lequel marche le monde, mais il ne nous est pas donné de connaître le jour et l'heure.

Cela veut dire : Nous pouvons bien établir la thèse qu'il y aura un jour prochain un nouveau cycle économique pour le monde entier et que le dernier grand "crash financier" n'aura lieu que pendant la tribulation, mais cela ne nous donne aucune certitude quant aux événements qui interviendront à court terme.

En ce qui concerne l'éventualité que le monde adopte précipitamment la "super-religion des derniers jours" - qui est la fusion de Dieu et de Mammon -, nous pouvons être certains que cela arrivera.

Le monde est en chemin vers la perdition, moralement, économiquement et spirituellement.

Nous avons à ce propos les déclarations non équivoques de la Parole prophétique.

Nous pouvons nous attendre à vivre de sérieuses et terribles secousses financières ainsi que des guerres, des épidémies, des tremblements de terre, etc...

Beaucoup connaîtront de ce fait soit la souffrance soit ils en tireront profit (que ce soit par avidité, naïveté et autre).


- Le progrès économique du monde reste marqué par la corruption et la tromperie.

Les booms économiques successifs que le monde a connus, les tentations des "richesses trompeuses" (Matthieu 13 : 22), le niveau de vie plus élevé ou les "soucis de la vie" (Luc 21 : 34) ainsi que la séduction du piège à profit des temps de la fin, tout cela a une influence sur la sensibilité du chrétien.

Qui peut résister à un tel assaut tout en restant prêt pour le retour du Seigneur Jésus-Christ ?


Il nous faut voir la crise financière mondiale comme un signe des temps, symptôme d'une époque hautement matérialiste et pervertie.

On peut supposer qu'elle perdurera jusqu'à ce que Jésus-Christ revienne.

D'un point de vue financier, cette période se caractérise par des vols et du désespoir.

Nous ne devons donc pas penser que notre vie juste serait "récompensée par le Seigneur" pendant cette période de vie. Sinon notre foi risque d'en pâtir et nous sommes guettés par le découragement.

Combien de chrétiens pensent aujourd'hui que leur prospérité matérielle leur sera sauvegardée pour la seule raison qu'ils croient ?

En plus de plusieurs conséquences graves induites par la crise financière mondiale, il faut parler de celle-ci : beucoup de chrétiens ont perdu la foi en un Dieu qui n'aurait d'autre fonction que de bénir l'Amérique par une abondante richesse matérielle.

Il nous faut comprendre que cet enseignement fallacieux et tordu est précisément à l'origine des difficultés que connaissent les Etats-Unis et d'autres nations.


Comment pouvons-nous être certains d'avoir la force de résister aux défis que le temps présent offre à notre foi ?

Comment pouvons-nous nous prémunir contre l'erreur d'entrer en négociation avec Dieu quant à notre prospérité ?

Il nous faut examiner l'exhortation de l'apôtre Jacques : 

"Si quelqu'un d'entre vous manque de sagesse, qu'il la demande à Dieu, qui donne à tous simplement et sans reproche, et elle lui sera donnée.

Mais qu'il la demande avec foi, sans douter ; car celui qui doute est semblable au flot de la mer, agité par le vent et poussé de côté et d'autre.

Qu'un tel homme ne s'imagine pas qu'il recevra quelque chose du Seigneur : c'est un homme irrésolu, inconstant dans toutes ses voies." (Jacques 1 : 5-8).


Oswald Valenti


Il nous faut voir la crise financière mondiale comme un signe des temps, symptôme d'une époque hautement matérialiste et pervertie.


23:47 Écrit par Oswald Valenti dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.