19/04/2013

LES VALEURS DU MONDE ONT CORROMPU L'EGLISE

Dans son nouveau livre "La crise financière mondiale annoncée" l'éminent expert en finances Wilfred J. Hahn indique comment les croyants peuvent éviter de devenir des victimes du piège mortel de l'argent du temps de la fin. Il s'est exprimé à ce sujet dans une interview.


A propos de votre dernier livre, pouvez-vous dire à nos lecteurs quel est l'élément central de ce livre ?


L'élément central est de préparer les chrétiens à ce qui les attend. Les médias font circuler tellement de bruits et d'incertitudes et certains déclarent que l'Apocalypse (de la finance) est maintenant là. Le livre donne une perspective biblique et montre comment les choses se développent dans le contexte de la prophétie et quel en est le sens pour les chrétiens.


La crise financière a-t-elle mis fin à la globalisation ?


En partie. D'une certaine manière cela correspond aussi à la prophétie biblique, je le pense. La Bible parle de globalisation, mais le point final n'est pas la globalisation. Tout d'abord apparaissent les dix rois, c'est là la "post-globalisation". Nous pouvons en déduire, comme nous l'avons aussi vu ces dernières décennies, que les intérêts habituels de l'humanité sont divisés.

La Chine veut quelque chose de différent des USA ou de l'Europe.

Nous observons comment la globalisation s'immobilise, ce qui nous mènera à la phse prophétique suivante.


La plus récente crise financière mondiale était-elle un accomplissement de la prophétie biblique ?


Je pense que l'on peut répondre franchement "Oui". Mais cela vaut pour toutes les tendances et les crises. Il y a eu de nombreuses crises ; celle-ci était une des plus graves, même si elle n'est pas la plus forte de l'histoire mondiale.

Les évolutions et les crises que nous avons connues au cours des dernières années, particulièrement depuis 1948 (fondation de l'Etat d'Israël), font toutes partie des développements du temps de la fin, ce que, selon moi, la Bible confirme. A cet égard la crise financière a déjà contribué à l'accomplissement de la prophétie biblique.


La toute récente crise financière mondiale faisait-elle déjà partie du temps de la tribulation ?


Non. Cette question m'est en effet souvent posée. De nombreuses personnes se demandèrent en 2008 et 2009 si cette crise financière faisait partie d'Harmaguédon. Certes les crises mènent à Harmaguédon, mais elles ne font pas partie de la tribulation. Beaucoup de gens prédisent qu'il y aura finalement une énorme explosion et que tout s'effondrera. Cela arrivera, mais je pense que ce sera pendant la tribulation. Nous ne savons pas si la prochaine crise ne sera pas la grande dernière de la tribulation. Nous ne savons pas non plus quand nous serons enlevés. Mais nous devons être prêts.


L'Eglise ne pourrait-elle quand-même pas entrer dans la tribulation ?


Je ne le pense pas. Je crois que nous serons enlevés auparavant.

De nombreux chrétiens s'en réjouissent, mais cela montre aussi que le coeur de bien des croyants est mal orienté. Leur pensée semble être : "Oh, je suis si heureux que le dernier krach financier global ne touchera pas à mon porte-monnaie !". Ils ne veulent rien perdre, montrant ainsi que leur coeur n'est pas bien orienté.


Pourquoi l'argent a-t-il tant d'importance de nos jours parmi les chrétiens également ?


Cette observation est absolument exacte. Pourquoi en est-il ainsi ?

La réponse est que les valeurs du monde ont corrompu l'Eglise.

Cette façon de penser fortement matérialiste et commerciale n'a même pas été encouragée dans d'autres religions. Les hommes d'affaires et les commerciaux ont toujours été considérés dans la société comme une classe inférieure. On le constate dans le bouddhisme, au Japon et dans d'autres sociétés. La pensée que la libération terrestre de l'homme se trouve dans le matérialisme s'est développée seulement dans les quelques derniers siècles.

Quelques maîtres à penser sont venus avec l'idée que l'humanité pourrait être globalisée et unie par l'intérêt commun porté à l'argent. C'est alors que l'humanisme a pris de la grandeur et certaines théologies comme l'évangile du bien-être ont accepté tout cela.


Les chrétiens peuvent-ils jouer en bourse (avec des actions) ?


Je le pense, oui. Je le fais par exemple dans ma profession. La grande difficulté est cependant de le faire sans devenir complice des mauvaises choses qui se produisent dans le monde de la finance.

C'est en ordre quand on gère bien son argent.

Tout notre argent est celui de Dieu.

Il ne doit pas être thésaurisé, mais il y a certainement de bonnes raisons pour lesquelles nous faisons travailler notre argent d'une façon responsable par des actions.


Y a-t-il pour les chrétiens dans ce monde la possibilité d'échapper à l'adoration de l'argent ?


Vu spirituellement, oui. Nous devons lui échapper. Mais physiquement, non.

Il y a un système financier global auquel nous sommes fortement liés dans la vie quotidienne. Aujourd'hui nous ne pouvons plus vivre en dehors du système financier. C'est impossible. De ce point de vue, c'est donc non, mais au plan spirituel il s'agit de notre coeur et de ce que nous aimons. Intérieurement nous pouvons échapper à Babylone


Qu'entendez-vous par Babylone en Apocalypse, chapitres 17 et 18 ?


C'est un sujet intéressant. A mon sens, la Babylone d'Apocalypse au chapitre 18 est un mélange de la religion et du système mondial. Elle n'est pas une ville réelle. Elle n'est pas non plus Rome. C'est le monde entier, c'est le système. Peut-être dans ce système y a-t-il une ville centrale.

Mais je ne crois pas que cette Babylone est en Irak.

Ce pourrait être le cas, mais pour cela il faudrait encore des centaines d'années.


Le système financier mondial est-il moralement neutre ?


Oui, le système est comme une machine. Il est amoral. Un fusil est, moralement aussi, neutre. Il s'agit de l'usage que l'on en fait.

On peut s'en servir pour le bien ou pour le mal.


Pourquoi votre nouveau livre est-il important pour notre temps ?


Toujours quand j'écris des articles et des livres sur ce thème, mon souhait est que mes frères et soeurs aient une meilleure vision de ce qui se passe dans le monde. De nombreux chrétiens sont tellement occupés des choses du monde qu'ils ne voient plus cela. Nous tout spécialement qui vivons dans le riche Occident ne sommes plus capables de voir tout ce qui s'y passe et combien nos âmes sont prisonnières. Et mon voeu est que nos yeux s'ouvrent.


Un grand merci pour cet entretien !

21:36 Écrit par Oswald Valenti dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.