17/01/2014

MECANISMES MEURTRIERS A BRISER !

Des mécanismes meurtriers

               à briser !

 

 

Jean Ziegler est vice président du Comité Consultatif du Conseil des Droits de l'Homme des Nations Unies pour le Droit à l'Alimentation.

 

Dans son ouvrage, DESTRUCTION MASSIVE : géopolitique de la faim, il nous confronte au scandale de la faim dans le monde, mais plus que ça, il en identifie les coupables !

Son interwieuw ci-dessous :

 

Qu'est-ce que le massacre de la faim ?

 

"C'est un massacre quotidien, dont on ne voit pas les victimes.

Citons quelques chiffres : toutes les 5 secondes, un enfant de moins de 10 ans meurt de faim, 57.000 personnes meurent de faim par jour, ce sont les chiffres des Nations Unies.

Sans compter qu'un milliard de personnes sont en permanence sous-alimentées et la FAO qui donne ces chiffres dit que l'agriculture mondiale dans l'étape actuelle de son devenir pourrait nourrir 12 milliards d'êtres humains soit près du double de la population mondiale en 2013 !

Autrement dit, aujourd'hui un enfant qui meurt de faim est un enfant assassiné.

Il n'y a aucun manque objectif de nourriture.

La faim est un meurtre de masse organisé par les hommes et pourtant il peut être supprimé demain !"

 

Ce constat vous l'avez tiré, il y a plusieurs années, qui sont les coupables et comment mettre en marche le changement ?

 

"J'identifie des mécanismes meurtriers, que je décris dans mon livre, mais qui demain matin, par des moyens démocratiques peuvent être brisés !

Il y a la spéculation boursière, cette spéculation sur les matières premières, sur les aliments de base (blé, riz, maïs,...) qui fait exploser le prix mondial de la nourriture, ce qui profite aux grands spéculateurs...

Ces spéculations pourraient être interdites par la loi, ce qui manque c'est une insurrection des consciences !

Vous avez toutes les armes en main dans une grande et vivante démocratie.

Ensuite, le dumping agricole.

Aujourd'hui, sur n'importe quel marché africain, vous pouvez acheter des fruits et légumes de chez-nous à la moitié ou au tiers du prix du produit africain équivalent.

Et à quelques kilomètres, vous avez le paysan africain avec sa femme et ses enfants sous un soleil brûlant qui s'épuise au travail, et qui n'a pas la moindre chance d'arriver à un minimum vital.

L'hypocrisie des commissaires de Bruxelles est abyssale car ils fabriquent la faim en Afrique et renvoient par des moyens militaires les réfugiés de la faim.

N'oublions pas, le surendettement des pays du tiers monde qui ne peuvent investir dans l'agriculture vivrière.

Il faut désendetter immédiatement pour qu'ils puissent investir et augmenter leur productivité.

Il y a aussi les agrocarburants, ce sont des centaines de milliers de tonnes de céréales qui partent dans cette production.

Ils sont une cause immédiate de famine, il faut en interdire la production."

 

Consommer localement est la solution ?

 

"Bien sûr, en tant que consommateur nous pouvons faire beaucoup.

Il faut refuser les nourritures OGM pour une question de santé et d'esclavagisme financier.

Et à mon avis, il faut également refuser la consommation de viande parce que le quart de la récolte des céréales mondiales va dans la nourriture intensive des bovins.

Enfin, acheter localement et en respectant la saisonnalité des aliments, par exemple acheter des raisins chiliens en décembre est une absurdité !

Le consommateur a un pouvoir qui est directement lié à la lutte contre la faim."

 

Vous dites que la solidarité est une solution, mais concrètement comment doit-elle se manifester pour être efficace ?

 

"A plusieurs niveaux : Comme consommateur d'abord, et nous venons de l'expliquer.

Mais aussi en tant que citoyen, il faut se dresser contre le dumping agricole en votant pour le désendettement des pays du tiers monde et en refusant les agrocarburants.

Et enfin il y a l'aide humanitaire.

Dans les cas de famines visibles, quand une économie s'effondre et que la population meurt de faim, là nous n'avons pas le temps d'attendre des changements de structures, il faut une aide humanitaire immédiate, comme le fait par exemple :Terre des Hommes, Oxfam, Action contre la faim, le Programme alimentaire mondial et d'autres encore."

 

Et quelle serait votre définition de la solidarité ?

 

"Ma définition est d'Emmanuel Kant : L'inhumanité infligée à un autre détruit l'humanité en moi."

 

Quels sont les espoirs ?

 

"L'espoir est dans l'insurrection des consciences à venir...

Che Guevara a dit : "Les murs les plus puissants s'effondrent par les fissures" et les fissures apparaissent et la conscience de solidarité grandit avec des gens que l'on ne voit pas car la solidarité est quelque chose de très difficile avec son voisin !

Il faut franchir un pas de plus, la solidarité sera totale quand il y aura une conscience de l'identité car ce qui nous sépare des victimes c'est le hasard de la naissance, c'est tout !

L'autre est moi et moi je suis l'autre et quand cette conscience de l'identité devient une évidence alors le comportement des gens change...

Georges Bernanos, ce romancier français, a dit : "Dieu n'a pas d'autres mains que les nôtres" ou bien c'est nous qui brisons cet ordre cannibal du monde ou bien ce n'est personne !"

 

Si vous êtes sensibles à la solidarité, si vous avez un peu d'argent à donner, alors donnez-le tout de suite !

 

 

1 € représente un litre de lait et permet à un enfant de vivre 48 heures de plus et ça n'a pas de prix...

 

www.selprojets.be

www.oxfamsol.be

www.terredeshommes.org

http:/fr.wfp.org

www.actioncontrelafaim.org

 

 

Merci d'avance et bonne année 2014

 

Oswald Valenti

 

 

 

 

 

22:31 Écrit par Oswald Valenti dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.