12/12/2014

Mondial 2022 / Gazon gorgé de sang !

Un gazon gorgé de sang !

plusieurs reprises déjà, les médias ont fait état des conditions inhumaines, dans lesquelles les ouvriers, tels des esclaves, sont occupés au Qatar à la construction des stades pour la coupe du monde de football en 2022.

Ils attendent leurs salaires pendant des mois et leurs conditions de vie et de travail sont catastrophiques.

Les centres d'hébergement accueillant ces ouvriers, des migrants des pays du sud-est asiatique, sont souvent dépourvus d'électricité.

En journée, la chaleur est presque insoutenable, le repas du soir est pris dans l'obscurité.

Les blessés ne reçoivent pas de soins mais sont abandonnés à leur sort et les conditions d'hygiène sont indignes.

 

Quelqu'un ose t-il se plaindre ? Il risque immanquablement la perte de salaire, voire l'expulsion.

D'après les récits publiés dans les médias en 2013, cinquante travailleurs immigrés sont décédés en l'espace de seulement deux mois suite à des accidents ou aux conditions inhumaines - telle que la chaleur excessive et le manque d'eau gratuite.

Certains rapportent que les morts se comptent mensuellement par douzaines.

Ce n'est pas l'argent qui fait défaut puisqu'on construit de fastueux hôtels et palais des sports, mais l'Etat islamique traite les hommes qui y travaillent comme des moins que rien.

 

Pourquoi la FIFA ne se prononce-t-elle pas ?

 

La vie de ces hommes n'en vaut-elle pas la chandelle ?

 

Pourquoi la communauté internationale, si prompte à réclamer justice, n'exerce-t-elle aucune pression ?

 

Sepp Blatter, président de la FIFA, ne semble pas se sentir concerné et confirme que la coupe du monde se fera bien au Qatar.

 

Sur la revue Focus Online le syndicat international ITUC s'est exprimé via Sharan Burrow en ces termes : "Faire peser une pression politico-sportive sur cet Etat esclavagiste, n'est plus envisageable".

 

Or, Proverbes 31 : 8, dit : "Ouvre ta bouche pour celui qui ne peut pas s'exprimer, pour la cause de tous les délaissés !".

 

Dans quelques années, on marquera des buts dans ces stades, on y criera de joie et on y célébrera des triomphes.

Les clubs sportifs exhibent des banderoles portant le mot "FAIRNESS".

Comment cela va-t-il ensemble ?

 

D'ici là, on ne saura plus que le gazon, sur lequel on joue, est gorgé du sang de ceux qui y ont travaillé.

 

Oswald Valenti

 

 

Quelques citations

 

Avoir Dieu pour ami est plus consolant que de posséder toute l'amitié du monde.

(Martin Luther)

 

 

Dieu ne nous a pas promis une traversée tranquille, mais une arrivée sûre.

(Hudson Taylor)

 

 

Celui qui, ici-bas, ne tombe jamais à genoux ne se tiendra jamais debout dans le ciel.

(C. H.  Spurgeon)

21:41 Écrit par Oswald Valenti dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.