01/04/2017

Pouvons-nous faire confiance à Dieu ?

Pouvons-nous faire confiance à Dieu ?

 

Des troubles politiques, des famines et de grandes misères se répandent sur la terre entière.

Comment faire confiance à notre Père qui est au ciel, nonobstant les événements et au sein de nos heures les plus sombres. Un encouragement.

 

Avez-vous déjà regardé des yeux d'enfants pleins d'espoir ?

C'est émouvant et cela touche notre coeur, quand des enfants lèvent des yeux pleins d'espoir vers leur mère ou leur père.

Dieu regarde chaque jour les yeux de milliards de personnes qui attendent quelque chose.

Et Il a créé de la nourriture en suffisance pour eux tous : " Les yeus de tous espèrent en toi, et tu leur donnes la nourriture en son temps. Tu ouvres ta main, et tu rassasies à souhait tout ce qui a vie" (Psaume 145 : 15-16).

 

Il y a donc en principe suffisamment de nourriture sur la terre, pour qu'il soit pourvu aux besoins de tous les hommes et que ceux-ci puissent mener une vie saine et productive.

La terre compte aujourd'hui 7,5 milliards d'habitants.

Il était dit récemment dans une revue spécialisée en agronomie que les champs existants pourraient nourrir quatre milliards de plus !

Qu'il y ait cependant malheureusement un si grand nombre de gens qui ont faim, cela est le fait de l'injustice humaine, de la mauvaise répartition des aliments, de la corruption, des conflits guerriers, d'un manque de mesures sociales, de l'égoïsme et ainsi de suite.

 

Le Seigneur désire donner à tous ce dont ils ont besoin et bien davantage.

Tout vient de Sa main.

Nous trouvons à ce titre deux exemples dans les évangiles, à savoir la multiplication miraculeuse de nourriture pour les cinq et les quatre mille : " Il fit asseoir la foule sur l'herbe , prit les cinq pains et les deux poissons, et, levant les yeux vers le ciel, il rendit grâces. Puis, il rompit les pains et les donna aux disciples, qui les distribuèrent à la foule. Tous mangèrent et furent rassasiés, et l'on emporta douze panniers pleins des morceaux qui restaient " (Matthieu 14 : 19-20).

 

Pouvons-nous avoir confiance que le Seigneur continue de pourvoir à nos besoins ?

Oui, c'est Matthieu qui nous le fait comprendre au chapitre 6 et verset 26 :

" Regardez les oiseaux du ciel, ils ne sèment ni ne moissonnent, et ils n'amassent rien dans des greniers, et votre Père céleste les nourrit. Ne valez-vous pas beaucoup plus qu'eux? ".

 

Les soucis sont comme un fauteuil à bascule, ils nous occupent, mais ils ne nous font pas avancer ! Comme c'est vrai !

Mais ne pas se faire de soucis, c'est plus facile à dire qu'à faire.

Nous nous faisons des soucis pour nos fins de mois, nos enfants, notre corps, nos finances, notre logement, notre avenir, notre église, notre travail...

Mais nous devrions toujours à nouveau nous reporter aux versets bibliques cités plus haut et les dire en prière devant le Seigneur.

 

Dans la Bible, le chant, les actions de grâce et la louange occupent une grande place.

Pourquoi ?

Parce qu'en faisant cela, nous plaçons Dieu à la première place.

C'est l'expression d'une confiance inébranlable, l'expression d'une profonde reconnaissance, l'expression d'un profond respect de tout ce que Dieu fait, l'expression de notre attitude de coeur et l'expression de notre total accord avec notre Seigneur.

Car, en fin de compte, louer Dieu c'est ce qui fait du bien à l'être humain.

Remercier et louer, c'est le meilleur moyen de sortir du "trou" et d'être déchargé de ses fardeaux.

 

" Ne vous inquiétez de rien, mais en toute chose, faites connaître vos besoins à Dieu par des prières et des supplications, avec des actions de grâces" (Philippiens 4 : 6).

 

Le psaume, chapitre 13, verset 6 nous montre que louer et honorer Dieu est toujours le résultat d'une décision consciente qui engage notre volonté, et que cela ne se fait pas automatiquement : " Je veux chanter au Seigneur... ".

 

Prenons d'une façon toute à fait consciente du temps pour remercier Dieu : Pour le Seigneur Jésus-Christ, pour le salut, notre délivrance, la nouvelle naissance, la famille, le lieu où nous habitons, le travail que nous occupons, la possibilité de servir...

 

Oui, au lieu de faire des reproches au Tout-puissant, de Le remettre en question, de critiquer Sa façon de faire, nous devrions lui rendre l'honneur qui Lui revient.

Car nous sommes en spectacle au monde céleste (Ephésiens 3 : 10).

Les anges se réjouissent quand les fils de l'homme Lui rendent gloire.

 

 

Oswald Valenti

 

La prière est la porte qui nous fait sortir de la prison de nos soucis.

 

Les soucis, ce sont les intérêts payés d'avance pour les problèmes qui nous arrivent rarement.

 

Les soucis, c'est de la concentration puissance maximale !

Malheureusement sur les mauvaises choses.

 

Le commencement des soucis est la fin de la foi.

Le commencement de la vraie foi est la fin des soucis.

 

22:11 Écrit par Oswald Valenti dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.