19/02/2018

LA TRANSFIGURATION DE JESUS

Que peut nous dire encore aujourd'hui la transfiguration de Jésus ?

 

 

L'evangéliste Matthieu rapporte que Jésus "six jours après" conduisit trois de ses disciples "à l'écart sur une haute montagne" (Matthieu 17 : 1).

Que s'était-il-passé six jours avant ?

La réponse se trouve dans le paragraphe précédent.

Il nous y est dit que Jésus a parlé avec ses disciples de la manière de le suivre: "je vous le dis en vérité, quelques-uns de ceux qui sont ici ne mourront point, qu'ils n'aient vu le Fils de l'homme venir dans son règne !" (Matthieu 16:28).

 

Ce verset a suscité toutes sortes d'interprétations.

Ce que Jésus dit ici ne peut pas vraiment se rapporter à son retour en puissance et gloire qui est encore à venir, ni au règne de mille ans, car on aurait alors du mal à expliquer que certains ne connaîtrons pas la mort avant que cela n'arrive.

Je pense que ces paroles se rapportent à la transfiguration qui se produit six jours plus tard et aux événements immédiatement après.

Le Seigneur Jésus dit en substance: "Encore un petit moment et le royaume de Dieu vous sera présenté sous vos yeux".

Il ne s'agit pas du royaume en puissance et gloire, mais du royaume de Dieu qui commence en Jésus-Christ.

En évoquant sa vie et son oeuvre, Jésus parle du royaume de Dieu, comme en Luc 17:21b: "Car voici, le royaume de Dieu est au milieu de vous".

Ou comme le dit Paul dans sa lettre aux Colossiens: "Il nous a délivrés de la puissance des ténèbres et nous a transportés dans le royaume du Fils de son amour" (Colossiens 1:13).

Et cela ne se rapporte pas à l'avenir, mais est déjà réalité.

La transfiguration intervenant peu après est comme une sorte de premier pas, une indication de la part de Dieu pour dire: ça y est.

Le royaume de Dieu commence !

Le sauveur promis se présente et marche vers le triomphe.

 

Que ce soit Pierre, Jacques et Jean que Jésus a emmenés sur cette montagne n'est pas étonnant, car ces trois disciples formaient pour ainsi dire le noyau dur des apôtres. Ces trois-là étaient aussi présents à d'autres événements ; par exemple dans le jardin de Géthsémané, quand Jésus est allé à l'écart avec les trois et que les trois se sont malheureusement endormis alors que leur Seigneur et maître livrait un dur combat dans la prière.

De toute évidence, Jacques, Jean et Pierre dormaient facilement, car ils dormaient non seulement dans le jardin de Géthsémané, mais aussi ici au moment de la transfiguration (Luc 9:32a).

Le seul fait que Jésus ait emmené quelqu'un sur la montagne est déjà intéressant.

Il aurait pu y aller seul.

Cette façon de procéder rappelle le principe des témoins de l'Ancien Testament, selon lequel il faut deux ou trois témoins pour attester une chose (Deutéronome 17:6 ; 19:15). Je pense que Jésus tenait à ce pprincipe.

Il ne se présentait pratiquement jamais sans témoins, de sorte que sa vie et son oeuvre sont largement mieux attestées qu'aucun autre événement remontant à plus de 200 ans.

 

Et nous arrivons à l'événement proprement dit: "Il fut transfiguré devant eux, son visage resplendit comme le soleil, et ses vêtements devinrent blancs comme la lumière" (Matthieu 17:2).

Quelque chose d'extraordinaire, d'extraterrestre venait de se passer.

Et cela s'est produit sur terre et sous les yeux de trois témoins.

Et voici que sur cette montagne les disciples voient pour la première fois leur Seigneur dans sa gloire divine.

 

Pendant que Jésus priait, son visage resplendit comme le soleil et ses vêtements devinrent blancs comme la lumière.

Jésus recherchait la présence de Dieu, il recherchait la force, il souhaitait la confirmation par Son Père céleste et etre fortifié par Lui.

Ce qui fut fait sous les yeux des trois disciples.

Ce fut l'unique fois que le Seigneur Jésus se révéla dans la gloire avant sa mort et sa résurrection.

Ici, à la transfiguration, son visage changea et sa divinité rayonna dans toute sa majesté. Pour la durée d'un court moment, Jésus n'était plus seulement homme, mais sa nature divine fut clairement visible pour quelques-uns de ses disciples.

Cette transfiguration fut pour ses disciples comme un avant-goût de l'avenir , quand ils verraient leur Seigneur Jésus dans toute sa gloire, tel que cela nous est décrit dans 1 Jean 3:2: "Car nous le verront tel qu'il est".

 

En plus plus loin dans le texte: "Et voici, Moïse et Elie leur apparurent, s'entretenant avec lui" (Matthieu 17:3).

La transfiguration en tant que telle est déjà tout à fait extraordinaire.

Comme si cela ne suffisait pas, voici qu'apparaissent encore Moïse et Elie.

Non seulement ils apparaissent, mais ils parlent avec Jésus.

Luc nous dit que Moïse et Elie sont également environnés de gloire.

Rappelons-nous que tous deux avaient quitté la terre de manière extraordinaire et que tous deux sont considérés par le peuple juif comme des préfigurations du Messie. Il nous est dit à propos de Moïse que Dieu lui-même lui a donné une sépulture et que son tombeau reste inconnu jusqu'à aujourd'hui (Deutéronome 34:5-6). Dans Jude 9 nous apprenons que l'archange Michel s'est disputé le corps de Moïse avec le diable. Nous voyons que Dieu dispose du corps de son serviteur Moïse et qu'il veille sur lui. Il est très facile pour Dieu de faire apparaître Moïse dans la gloire sur la montagne de la transfiguration.

Elie, quand à lui, avait été enlevé au ciel, Dieu lui-même l'avait pris auprès de Lui au ciel (2 Rois 2:11). Ces événements, tant que ce qui advint à Moïse et à Elie que la transfiguration sont des mystères, Dieu intervenant personnellement en abolissant les lois naturelles et la logique humaine.

C'est l'action visible de Dieu sur et en faveur de Son Fils.

 

Par ailleurs, Moïse et Elie tiennent également un rôle prépondérant dans l'histoire du salut, si bien qu'il y a une raison que ce soient eux qui apparurent et non pas par exemple Aaron et Hénoch.

Que repprésente Moïse ? Moïse est celui à qui Dieu a remis les tables de la loi, dans le judaïsme c'est avec raison que les cinq livres de Moïse sont appelés "la loi".

Et qui représente les prophètes dans le judaïsme ? C'est Elie.

 

Au moment de la transfiguration, Jésus reçoit de Dieu le Père la confirmation d'être celui dont témoignent la loi et les prophètes, le Messie, le Sauveur du monde.

 

Luc nous renseigne sur le sujet abordé lors de la conversation entre Jésus, Moïse et Elie. "Ils parlaient de la manière dont Jésus allait achever sa mission en mourant à Jérusalem" (Luc 9:31).

Il s'agissait de l'accomplissement de la loi et des prophètes, il s'agissait de la mission du Seigneur Jésus-ce qui était encore devant lui: le combat spirituel dans le jardin de Géthsémané, la torture, la moquerie, la trahison, le reniement, l'abandon par Dieu et la crucifixion...

 

Jésus devait affronter un combat pour lequel il lui fallait le soutien indéfectible de Son Père. La transfiguration fait apparaître que ce fut la volonté de Dieu que Son Fils prenne ce chemin jusqu'au bout et qu'il achève ce que Dieu avait commencé dans Sa grâce et son amour en faveur des hommes.

Au travers de la transfiguration, Dieu désirait fortifier et encourager Son Fils.

 

C'est pourquoi Jésus put affirmer à ses disciples: "Voici, l'heure vient, et elle est déjà venue, où vous serez dispersés chacun de son côté et où vous me laisserez seul, mais je ne suis pas seul, car le Père est avec moi" (Jean 16:32).

Jésue le sait: même si Judas me trahit, si Pierre me renie, mon Père qui est au ciel tient dans ses mains les tenantset aboutissants de l'histoire du salut et il ne me laissera pas réellement seul.

 

Jésus savait où son chemin le conduirait et la transfiguration était une sorte de confirmation que ce chemin était le seul possible pour aboutir à la réconciliation.

Avant la croix, Pierre et les autres disciples n'ont jamais vraiment compris le chemin de souffrance et de salut de leur Seigneur.

Ce n'est pas un reproche à leur adresse, car même nous qui tenons en mains l'entière Parole de Dieu ne comprenons pas réellement ce qui s'est passé et ce qui se passera encore.

Ce passage de l'Ecriture, comme plusieurs autres, nous font toucher du doigt les faiblesses humaines de ceux qui marchent à la suite de Jésus et en fin de compte, j'en suis content, car je constate que je ne suis pas le seul à ne pas être à la hauteur. Ces passages nous montrent également qu'il ne s'agit pas d'être le disciple parfait, mais sincère, honnête et fidèle.

Jésus veut notre coeur, pas la vénération de reliques, mais l'obéissance.

Dieu préfère dix personnes sincères qui prient dans une petite pièce à l'écart que deux mille pèlerins pressés dans la basilique du tombeau du Christ.

 

 

 

 

 

 

21:02 Écrit par Oswald Valenti dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |